Tout sur le CATJA

Le CATJA signifie Centre d’Accueil et de Transit des Jumeaux Abandonnés. Il a été créé en 1987 par Auguste Tsimindramana (aujourd'hui décédé) et son épouse Julie dans la région de Mananjary pour sauver les enfants nés jumeaux qui sont alors rejetés par une partie de la population. Après le décès d'Auguste, Julie a continué courageusement de gérer le centre.

 

A partir de 1990, par la foi, l’orphelinat a accueilli aussi des enfants de tous âges, en situation de détresse. 

 

L’abandon des jumeaux est une coutume d’origine africaine pratiquée dans 2 des 18 ethnies malgaches. Ce tabou n'est pas complètement aboli à ce jour et le CATJA recueille toujours des bébés jumeaux. Par ailleurs, l'arrivée de jumeaux dans une famille peut générer de gros soucis financiers. Avec l’augmentation de la pauvreté et en l'absence de soutien social suffisant, la famille peut être amenée à confier ces enfants au Centre, parfois avec d'autres frères ou soeurs.

Aujourd'hui, le CATJA accueille environ 90 enfants âgés d'une semaine à vingt ans.

Un mot de Julie, la Directrice du CATJA

Chers amis, meilleurs vœux pour la nouvelle année !

L’année 2018 a bien fini et 2019 commence tranquillement. Tout le monde va mieux aujourd’hui même si l’année a commencé avec une dangereuse épidémie de rougeole. Sept enfants du CATJA sont tombés malades. Heureusement, il n’y avait pas de cas graves et grâce à l’aide des Amis du CATJA la couverture vaccinale des enfants du Centre était correcte.

Je remercie infiniment les membres des Amis du CATJA et tous les membres bienfaiteurs, parrains et marraines, de veiller sur les enfants et adultes de l’orphelinat. Votre travail important pour promouvoir le bien-être du Centre nous touche profondément.

Depuis 1994 et jusqu’à aujourd’hui, votre amour et vos efforts ont réalisé des progrès importants, de véritables miracles !

J’ai été présente dès le début de votre soutien et je reste motivée et investie pour accomplir avec vous notre œuvre envers les enfants déshérités. Ainsi nous réalisons notre destin sur la terre.

Avoir du riz, du lait, des vêtements, etc. est fondamental pour la vie de mes pensionnaires. Grâce à vous, le CATJA accomplit cet exploit chaque jour ! Mettons entre les mains du Seigneur nos projets et qu’Il nous accorde chaque jour sa bienfaisance.

 

Pour finir, les enfants recueillis au CATJA et moi-même, nous vous disons « MERCI ». Vos efforts ne sont pas perdus. Ils permettent la vie et le bonheur des petits.  Nous sommes reconnaissants de votre amour. Que la grâce de Dieu soit toujours avec vous !

Noël 2018 à l'école et à l'église